16 mrt 2022

Economische sancties tegen Rusland

Tijdens de commissievergadering van 16 maart 2021 heeft Dieter Van Besien de minister van economie gevraagd naar een stand van zaken met betrekking tot de sancties tegen Rusland, en de geschatte impact op de Belgische economie. De vraag werd samengevoegd met de vragen van andere parlementsleden, waardoor het antwoord een uitgebreid maar interessante weergave is van de economische situatie voor België.

Mijn vragen

Op donderdag 24 februari begon Rusland de invasie van Oekraïne. Hoewel de wereld in eerste instantie verbijsterd was, slaagde de Europese Unie er vervolgens in om een gecoördineerde reeks sancties te treffen. Momenteel zijn we in een fase beland waarin individuele overheden en bedrijven maatregelen nemen. Op die manier trachten alle betrokkenen te verzekeren dat het opstarten van een oorlog nooit een beslissing kan zijn die loont.

De genomen maatregelen hebben natuurlijk ook verregaande gevolgen voor onze eigen economie. Vertegenwoordigers van KBC en BNP Paribas verwachten nu een Belgische groeivertraging van 1%. De Oekraïne crisis lijkt in de eerste plaats echter de historische economische onzekerheid waarin we dankzij de covid zaten verder te vergroten. 

Daarom had ik enkele vragen voor u: 

  1. Graag had ik van u een overzicht van de genomen economische sancties die onder uw beleidsdomein vallen. 
  2. Graag - waar mogelijk - ook een overzicht van de maatregelen die u momenteel binnen de regering op tafel legt, zowel wat betreft sancties als wat betreft steunmaatregelen voor de Belgische economie.
  3. Voor welke strategische grondstoffen zijn wij afhankelijk van Russische import? Hoe kan u deze afhankelijkheid verkleinen? Zal het mogelijk zijn om voor al deze grondstoffen andere importeurs te vinden?
  4. De Oekraïne crisis zal de inflatie op korte termijn verder doen toenemen. Zal dit naar uw inschatting specifieke uitdagingen betekenen voor België en hoe zal u daar rekening mee houden in uw beleid?
  5. Ziet u naast alle gevaren die bestaan ook kansen voor België? Zijn er bijvoorbeeld Belgische exporteurs die concurreerden met Russische bedrijven en nu hun marktaandeel kunnen vergroten? 
  6. Gelooft u dat een bijsturing van de economische plannen op lange termijn nodig zijn? Ik denk bijvoorbeeld aan uw intenties rond 'strategische autonomie', onze relance plannen, ons handelsbeleid, maar ook het Actieplan Circulaire Economie, dat de Belgische afhankelijkheid van exporteurs van primaire grondstoffen kan verkleinen. Graag een reflectie.
  7. Matina Stevis-Gridneff, een journalist van de New York Times, beweerde dat Brusselse diplomaten een carve-out voor de diamantsector bepleiten wat betreft de economische sancties. Is dit waar? Hoe verantwoordt u dit? Zijn er andere sectoren die België wil vrijwaren van economische sancties en waarom?

Het antwoord van de minister

Je voudrais avant tout adresser mes pensées, mon soutien et ma solidarité au peuple ukrainien ainsi qu'aux citoyens russes qui s'opposent à cette guerre, cette agression injustifiée. Ils le font en prenant énormément de risques; je tiens aussi à les saluer.

Je vais commencer par vous présenter l'état des relations commerciales entre la Belgique, la Russie et l'Ukraine, bien entendu avant la crise. Cela me permettra de mieux expliquer les conséquences économiques existantes et potentielles de cette crise provoquée par la Russie sur l'économie belge.

De directe relatie tussen Belgische bedrijven en de Russische economie is relatief beperkt. De Russische Federatie neemt ongeveer 1 % van onze uitvoer voor haar rekening en is onze 15de grootste exportpartner. In 2021 exporteerden 1.556 Belgische bedrijven goederen naar Rusland, terwijl 1.023 bedrijven goederen uit Rusland naar ons land importeerden. Het totaal volume van de uitvoer bedroeg in 2021 ongeveer 3,4 miljard euro. De invoer is goed voor 6,9 miljard euro. De uitvoer bestaat vooral uit chemische en farmaceutische producten. De ingevoerde goederen zijn hoofdzakelijk metalen, staal, mineralen, olie en oliederivaten.

Les relations économiques entre la Belgique et l'Ukraine sont plus limitées qu'avec la Russie. Ce n'est pas une surprise. In 2021 exporteerden 1.396 Belgische bedrijven goederen naar Oekraïne voor een totaalbedrag van 566 miljoen euro. 

J'attirerai votre attention sur le fait que, contrairement à la crise du Brexit, la Belgique est relativement moins exposée sur ses exportations vers la Russie et l'Ukraine que le reste de l'UE puisqu'elles ne représentent que 2,83 % du total de nos exportations vers la Russie et 0,51 % vers l'Ukraine contre 4,13 % et 1, 11 % vers l'ensemble de l'UE. Le constat est vrai également pour les importations. Contrairement à la crise du Brexit, la Belgique est moins exposée que l'ensemble des pays de l'UE, à la fois pour ce qui est des exportations et des importations. Outre ces relations commerciales directes entre la Belgique et la Russie, il y a une forte interdépendance entre la Russie et l'UE pour certaines matières premières, la Russie étant un important exportateur de diverses matières premières telles que l'énergie et les céréales.

En ce qui concerne les investissements directs, l'économie de la Belgique est directement dépendante de celle de la Russie à travers les investissements. Les investissements en Russie s'élevaient à 1,5 milliard d'euros en 2020, soit 1,5 % de l'ensemble des investissements directs de l'ensemble des entreprises belges. À tire d'exemple, citons le groupe La Lorraine qui a suspendu un investissement de 50 millions d'euros en Russie, ce qui montre les conséquences économiques très graves que cela peut engendrer. Les investissements directs des entreprises belges en Ukraine s'élevaient à seulement 56 millions d'euros en 2020. 

Pour ce qui concerne les sanctions prises à l'égard de la Russie, vous avez été plusieurs à les évoquer. L'Europe a tout d'abord adopté des sanctions ayant un impact négatif sur l'économie russe. La bourse de Moscou a ainsi dévissé de 40 % le jour de l'invasion. Elle a ensuite été fermée devant cette débâcle et même si les marchés boursiers montrent souvent des comportements irrationnels, cela signifie que les investisseurs ont considéré que les entreprises russes ont vu leur valeur et leur profitabilité baisser de plus de 40 %. Ces sanctions ont également affecté notre économie mais dans une
très nette et moindre mesure, ce que je développerai plus loin dans mon exposé.

In de eerste plaats werden er individuele sancties opgelegd aan honderden Russische politici, militairen, oligarchen, bankiers en instellingen die aan de Russische invasie hebben bijgedragen. Deze omvatten de bevriezing van hun tegoeden en onroerend goed in de Europese Unie en een verbod op het verkrijgen van Schengenvisa. Verder werden gerichte sancties tegen de Russische financiële sector genomen. Zo is het niet langer mogelijk voor de Russische centrale bank om roebels om te zetten in euro's. De waarde van de roebel is sinds het begin van de invasie sterk gedaald.

Ook de Russische staatsschuld is naar beneden bijgesteld tot speculatief. Dit betekent dat er een ernstig risico bestaat dat Rusland zijn schuld niet zal kunnen aflossen, wat zou betekenen dat
Rusland zich niet op de markten zou kunnen financieren. Dit zou een zeer zware prijs hebben voor de Russische economie.

D'autres sanctions financières importantes ont été prises. Sept banques russes ont ainsi été déconnectées du système SWIFT. 

Handel is nog steeds mogelijk zonder deze beveiligde dienst voor instant messaging, maar is veel moeilijker, want trager en minder veilig. Rusland wordt zwaar getroffen door deze maatregel. Europa heeft ook zijn luchtruim gesloten voor Rusland. 

Het bestaande verbod op de uitvoer van goederen en technologieën die voor militaire en veiligheidsdoeleinden kunnen worden gebruikt, is aangescherpt, met name wat halfgeleiders betreft. Rusland is getroffen door uitvoerverboden voor goederen en technologieën voor dubbel gebruik, voor wat betreft olieraffinage en lucht- en ruimtevaartindustrie. 

Pour la Belgique, les interdictions d'exportation vers la Russie représentent environ 25 millions d'euros par an, à savoir 0,01 % du total de nos exportations. Les importations de fer, de fonte et d'acier provenant de Russie s'élevaient à 903,8 millions d'euros en moyenne annuelle entre 2016 et 2021. Les produits qui sont soumis à une interdiction d'importation de la Russie vers la Belgique représentent environ 60 millions d'euros et concernent le fer, la fonte et l'acier - impliquant notamment l'entreprise NLMK, comme M. Van Hees l'a rappelé. Il est évident que cette société est particulièrement touchée. Nous suivons de près la situation avec le gouvernement wallon, sous le rapport des outils régionaux. Ces montants sont, pour l'instant, relativement limités en termes de masse, mais affectent  directement plusieurs entreprises.

Vous savez que l'Union européenne pourrait encore adopter d'autres sanctions pour frapper plus durement l'économie russe et forcer la Russie à se retirer d'Ukraine et à négocier sérieusement un accord de paix. Comme vous l'avez tous indiqué, ces mesures sont justifiées, malgré leur coût économique pour l'Union et pour la Belgique en particulier. En tout cas, il faut se conformer aux principes que l'on défend et assumer les conséquences des sanctions que l'on peut prendre.

S'agissant de la croissance économique, la guerre en Ukraine a et aura encore des conséquences économiques pour la Belgique. La Banque centrale européenne a quelque peu réduit, comme vous le savez, les perspectives de croissance économique dans l'Union européenne. L'étendue de ces conséquences reste aujourd'hui incertaine. Je remercie Mme Van Bossuyt de l'avoir relevé. Il est en effet particulièrement difficile de connaître en ce moment les conséquences concrètes à court, moyen et long terme pour notre économie. Cette incertitude est, du reste, attestée par la volatilité des marchés, notamment en Bourse. Les effets négatifs seront principalement fonction de la durée et de l'ampleur de cette guerre, ainsi que des sanctions et des éventuelles contre-sanctions qui pourront être adoptées par la Russie.

Mijnheer Van Lommel, u had een vraag over de inflatie. Wij kunnen nu niet spreken van stagflatie, gezien de goede werkgelegenheidscijfers. De hoge inflatie is echter een feit. De oorlog in Oekraïne drijft de prijzen van energie en sommige basisproducten op, waardoor de inflatie zal stijgen. Comme vous le savez, nous avons voulu prendre des mesures pour limiter cette augmentation des prix de l'énergie et donc de l'inflation. Je reviendrai sur ce point dans quelques instants. Mais, si j'ai bien compris, vous avez déjà eu un débat à ce sujet en commission de l'Énergie.

Pour ce qui concerne les secteurs qui sont les plus impactés, les secteurs à forte intensité énergétique tels que le raffinage, la métallurgie, le ciment et le verre sont aujourd'hui les plus impactés en raison de l'augmentation de leurs frais, de leurs coûts énergétiques.

La guerre a également un impact négatif sur l'approvisionnement des matières premières avec un éventuel risque de pénurie et d'augmentation des prix. C'est le cas lorsque l'Europe et plus particulièrement la Belgique sont fortement dépendantes des importations en provenance de Russie et d'Ukraine ou lorsqu'il est difficile de trouver des alternatives d'approvisionnement. Cela fait l'objet d'une attention toute particulière au niveau belge, mais aussi au niveau européen, notamment pour pouvoir modifier certaines réglementations par rapport à des normes de produits qui ne permettent pas, aujourd'hui, de se tourner vers des sources alternatives d'approvisionnement. Je pense à l'approvisionnement en aluminium, nickel, maïs, huile de tournesol, engrais, céréales, orge, mais également en diamants.

Pour répondre à la question de M. Vanbesien, la Belgique n'a pas demandé d'exception par rapport au secteur du diamant. À nouveau, nous sommes conformes aux principes que nous brandissons. Donc, s'il y a des conséquences pour certains secteurs ou des secteurs particuliers, il faudra les assumer et accompagner ces secteurs pour traverser cette crise.  

Plus généralement, il risque d'y avoir une baisse de confiance des entreprises et des consommateurs, comme vous l'avez dit, madame Van Bossuyt. Cela signifie que pour minimiser les conséquences économiques négatives de cette crise, il faudra continuer plus longtemps notre politique de relance et éviter une politique d'austérité. Quand je parle de politique de relance, je pense à l'accélération du travail par rapport à l'indépendance de notre pays et plus généralement de l'Europe. Je pense aussi au développement de l'économie circulaire. Ce sont des points importants.

Il y a aussi des mesures de soutien aux différents secteurs. C'est la raison pour laquelle, dès le début de l'invasion russe en Ukraine, j'ai demandé au SPF Économie de réunir la Commission économique interministérielle qui regroupe les différentes administrations concernées de près ou de loin par l'économie au niveau fédéral, mais aussi au niveau des entités fédérées. Cette Commission s'est réunie une première fois le 4 mars. Elle a ensuite donné lieu à des réunions avec les fédérations sectorielles. Elle continuera à se réunir pour réaliser un monitoring de la situation et des impacts sur notre économie, tant au niveau fédéral qu'au niveau des Régions.

J'ai également demandé à cette commission  économique interministérielle de réfléchir à des mesures de soutien, en se basant dans un premier temps sur ce qui a été fait dans le passé, notamment lors de la crise économique qui a fait suite à l'invasion de la Crimée. Vous le savez, des sanctions et des contre-sanctions avaient été adoptées à l'époque, et des mesures de soutien ont aussi été mises en œuvre. 

J'ai aussi demandé qu'on se base sur les mesures prises dans le cadre du Brexit, ainsi que, bien entendu, dans le cadre de la crise du coronavirus. La première demande qui nous a été formulée par les fédérations patronales, et ensuite par les partenaires sociaux dans leur ensemble, a concerné la prolongation du chômage économique pour cas de force majeure, dans sa formule simplifiée et dans sa formule augmentée, oserais-je dire, qui a prévalu pendant la crise du coronavirus et qui prévaut encore jusqu'à la fin de ce mois.

Comme vous le savez, ce lundi, nous avons décidé, au sein du comité ministériel restreint, de prolonger ce chômage économique pour cause de force majeure "corona" pour atténuer les conséquences de la crise et de la guerre en Ukraine, jusqu'à la fin juin.

Nous avons également demandé à la Banque nationale, en collaboration avec les partenaires sociaux, de prolonger le travail qui est mené au sein du SPF Économie et de la commission économique interministérielle, pour identifier les impacts de cette double crise – à la fois la guerre en Ukraine et la crise énergétique – sur notre économie et nos entreprises, et de proposer des mesures de soutien.

L'échéance qui a été donnée à la Banque nationale et aux partenaires sociaux tombe fin avril. Mais il est bien entendu que nous aurons des rencontres à des moments intermédiaires, en fonction de l'évolution de la situation. De même, le SPF Économie est en contact quotidien avec le Centre de Crise national, notamment par rapport à des questions d'approvisionnement de certains secteurs. Je pense notamment à la filière agroalimentaire. 

Un contact quotidien a été mis en place entre le SPF Économie et le Centre de Crise national. Ce suivi a lieu au jour le jour. Je ne reviendrai pas sur les mesures prises en matière d'énergie, de carburant. Vous les connaissez: elles vous ont été présentées et ont été débattues. Je terminerai en disant que, bien entendu et comme nous l'avons fait durant la crise de la covid, le gouvernement, en lien avec les autres gouvernements de ce pays, ne lésinera pas sur les mesures de soutien nécessaires pour limiter au maximum les impacts de cette crise et de cette guerre sur notre économie et sur notre monde du  travail. Je vous remercie.

Mijn repliek

Ik dank u voor het uitgebreide antwoord. Ik weet en erken dat er momenteel veel zaken onduidelijk zijn. Dat is heel normaal, maar met uw antwoorden is het voor mij wel duidelijk welke richting de regering uitgaat. Uiteraard zullen er de komende dagen en weken nog veel beslissingen worden genomen. Tevens zullen genomen beslissingen worden bijgestuurd en aangepast. Ik ga ervan uit dat we daarover in deze commissie regelmatig terugkoppeling krijgen en van gedachten zullen wisselen.

Over de inflatie en de impact ervan op de begroting hebben we in de commissie voor Financiën en Begroting binnen twee weken een gedachtewisseling met gouverneur Wunsch van de Nationale Bank van België. U bent daar allemaal uitgenodigd. De antwoorden van de gouverneur zullen we uiteraard meenemen in de verdere discussies.

 

Reacties

Vennligst sjekk din e-post og klikk på lenken for å bekrefte din nye e-postadresse.
Cookies op groen.be

Groen gebruikt functionele en analytische cookies die noodzakelijk zijn om de website goed te laten functioneren. Deze cookies verwerken geen persoonsgegevens en hier is geen toestemming voor nodig.

Als je daarvoor toestemming geeft, maken we ook gebruik van marketingcookies. Die stellen ons in staat om de website beter af te stemmen op jouw voorkeuren.

Je kunt je instellingen altijd weer wijzigen op de pagina over de cookies.

Voorkeuren aanpassen
Alle cookies accepteren